Contre le tronc d’un de ces majestueux arbres du parc de l’université de Varsovie…


…Je comprends donc pourquoi on m’avait dit qu’il pouvait neiger en mai.

Effectivement, il neige. Les flocons tourbillonnent lumineux et silencieux, ils vous frôlent et se posent partout, mais ne fondent pas. Ils se détachent sur le ciel bleu. Le vent dans les hautes branches, peupliers, bouleaux, déclenche des averses de cotons.

Là-bas, je le sais, la rivière doit être moucheté de ces bourres. Impossible de pêcher, les poissons trop occupés par cette neige végétale. Quelqu’un doit râler, comme chaque année.

http://belcikowski.org/ladormeuseblogue/?tag=monde-sauvage&paged=3

Publicités

A propos Mamieva

Cuisine, Cosmétique, Débrouille et autre tambouille. Un brin écolopate de temps en temps. Mais je me soigne.
Cet article a été publié dans Voyage. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s