La joueuse de go, Shan Sa


.

 

« J’ai besoin de respirer la vie, les arbres, la chaleur de ma ville. Je saurai maîtriser mon destin et me rendre heureuse. Le bonheur est un combat d’encerclement, un jeu de go. Je tuerai la douleur en l’étreignant. »

A mesure que je recopie ces lignes, pour en apprécier la poésie et la force, pour les partager, je note tout à coup à quel point ils sont semblables, dans les thèmes et dans le rythme, à ce de Marguerite Duras, dans certaines de ses oeuvres, l’Amant surtout.

Il y a la recherche de soi, de son avenir. Le combat pour la liberté, pour la libre sexualité de deux jeunes femmes en deux milieux liberticides qui pour être bien différents, se rejoignent.

Il y a l’amour pluriel et incompréhensible, et puis le grand amour. Bien sûr, celui qui ne dure pas. Qui ne peut durer.

Dans La joueuse de go, son amour a une voix, intéressante quand elle révèle une culture asiatique commune, qui bizarrement dans ce contexte de guerre entre la chine et le japon,  pourrait être clamée par les deux partis :

« Je termine ainsi ma lettre : Selon Confucius, « un homme pénétré d’humanité n’acceptera jamais de préserver sa vie aux dépens de cette humanité ». Cette vertu est devenue la clé de mon existence. Priez, vénérable Mère, je vous en supplie, pour que j’atteigne bientôt cet idéal. »

A la fin, le soldat japonais doute finalement de la nécessité de mourir, de son bien-fondé dans une guerre qui  lui apparaît enfin comme ce qu’elle est : une conquête violente et sans pitié, ni humanité. Il finit dans les… AH je vous laisse la fin intacte.

à lire, bien sûr.

Un petit bijoux de littérature, culture et poésie. Pour s’évader sans difficultés.

joueusedego

La joueuse de go, Shan Sa

Pour en savoir plus, un entretien de l’auteure dans l’émission « un jour un livre » de France 3 :http://www.dailymotion.com/video/xf27kk_shan-sa-la-joueuse-de-go_news#.UXL6_cqf1n4

Publicités

A propos Mamieva

Cuisine, Cosmétique, Débrouille et autre tambouille. Un brin écolopate de temps en temps. Mais je me soigne.
Cet article a été publié dans Culture inutile. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s